Ressources

- - -

Autres rubriques iNumis


LYON : PROBUS, ETUDE D'UN MONNAYAGE,
ICONOGRAPHIE D'UN EMPEREUR

Cet article se réfère à un ensemble de monnaies mis en vente dans le catalogue Rome II de CGB.

Si Probus a été acclamé Auguste en juillet 276, en Asie Mineure, la première émission lyonnaise ne commencerait pas avant le mois d'octobre 276. Jusque là, le procurateur, chargé de la production lyonnaise aurait continué à monnayer au nom de l'empereur défunt, Florien. D'ailleurs les portraits de la première émission de Probus sont directement imités de ceux de son prédécesseur. Probus ne devait pas être connu. Le cas n'est pas unique dans le monnayage lyonnais ou à Trèves par exemple pour Victorin, dont les traits ressemblaient à ceux de Marius.

Pour Lyon, le Dr. P. Bastien a isolé neuf émissions entre octobre 276 et août 282. Tous les antoniniens de Probus, présentés ici, ont été taillés au 1/84e de la livre romaine (= 3,865 g.). Ils sont conformes aux pièces créées par la réforme d'Aurélien à la fin de l'année 274 (Aureliani). Ces pièces étaient généralement argentées (5% en moyenne). Nous avons eu la chance de vous présenter dans notre catalogue Rome II un ensemble où pratiquement tous les exemplaires ont conservé cette fine pellicule d'argenture de surface qui les rend attrayantes et désirables. Nous avons eu aussi la chance de répertorier plusieurs exemplaires de poids lourds pesant plus de 5 grammes (n°84, 90, 94, 98, et 101). L'exemplaire le plus léger de la sélection pèse 3,12 g. (n°52). Le poids moyen des 63 exemplaires de la sélection de Rome II est de 3,99 g. Le collectionneur qui avait réuni cet ensemble a choisi non seulement des exemplaires de bonne qualité, mais aussi de bon poids.

Sur les neuf émissions du règne de Probus, huit sont signées à l'aide de chiffres romains. L'atelier à cette époque était divisé en quatre officines. Les monnaies sont donc marquées à l'exergue : I, II, III, IIII. Seule la neuvième émission rompt avec cette stabilité par la réintroduction de lettres numérales romaines, placées dans le champ : A, B, C, D.

Le Dr. Bastien a recensé dans son ouvrage plus de 1900 antoniniens du monnayage lyonnais de Probus. Nous vous proposons une sélection de 63 pièces de Lyon (n°50-112). Toutes les émissions sont représentées, même la cinquième émssion (n°72) ainsi que la septième émission qui semble beaucoup plus rare (n°83). Le lecteur de Rome trouvera un tableau récapitulatif des émissions lyonnaises de Probus avec le nombre d'exemplaires de notre sélection en gras.

 LYON : Probus (07/276-08/09/282) (B.151-439)
 Emission  Bastien  date  bustes  nombre  Rome II
 1e  (B.151-155)  (10/276)  B  69  3
 2e  (B.163-173)  (11-12/276)  B  252  7
 3e  (B.176-182)  (01-04/277)   B, A2 (B.177,179b)  102  4
 L'atelier doit ensuite interrompre sa production pour une courte durée.
 4e  (B.183-200)  (06-12/277)  B  298  8
 A la fin de la quatrième émission, Probus est à Lyon.
 5e  (B.203-261)  (12/277-03/278) D, D2, D4, E, E2,
F, F6, F8, F9, F10,
F11, H1, H2, H6
 261  1
 Cette émission a du être suivie d'une fermeture temporaire.
 6e  (B.263-300)  (04/278-279)  B, A, A2, B1, B4  383  10
 A la fin de la sixième émission, l'atelier ferme pour une durée d'au moins dix-huit mois.
 7e  (B.313-334)  (07-08/281)  B, A, A2, B4  124  1
 Au cours de cette émission, Probus se trouve à nouveau à Lyon.
 8e  (B.339-370)   (09-12/281)  B, A, A2, E, E2, H6  336  12
 9e  (B.371-439)  (01-08/282)  B, A, A2, E, E2  511  17

Notre tableau a l'avantage de montrer une vision synthétique du monnayage lyonnais de Probus et de démontrer, hormis la cinqièmes et la septième émission que notre échantillon de 63 pièces présenté dans Rome II est conforme à la répartition générale des antoniniens lyonnais.

Le Dr. Bastien a répertorié pour Probus dix titulatures différentes, certaines ne comprtant que des variétés de ponctuation. Dans notre sélection, nous n'avons que quatre cas avec trois légendes biens différenciées :

P1 : IMP C M AVR PROBVS AVG (Imperator Caesar Marcus Aurelius Probus Augustus)

P2 : IMP C PROBVS P F AVG

P2° : IMP C PROBVS° P°F° AVG

P3 : VIRTVS PROBI AVG

Les légendes P1, P2, et P2° sont courantes. La légende P3 est quant à elle beaucoup plus rare, elle est de plus associée au buste F8, de la série exceptionnelle de la cinquième émission.

Pour les bustes, le Dr. Bastien en a répertorié dix sept dont treize pour la seule cinquième émission. Dans Rome II, nous avons quatre types de buste. Le buste B est de loin le plus courant et se trouve le seul buste utilisé jusqu'à la quatrième émission (n°53 à 71). A partir de la sixième émssion, se rencontre le buste A2 (n°76, 78, 86, 96, 103, 109 et 111). Le buste A apparaît à partir de la sixième émission. Nous le trouvons trois fois (n°97, 105 et 110). Excepté le n°72 qui porte un buste F8, tous les autres antoniniens, exceptés ceux qui sont cités ci-dessus sont tous du type B.

A : Buste radié à dr. avec cuirasse et paludamentum vu de trois quarts en avant

A2 : Buste radié à dr. avec cuirasse et paludamentum vu de trois quarts en arrière

B : Buste radié à dr. avec cuirasse vu de trois quarts en avant

F8 : Buste radié à g. avec haste et bouclier en avant, vu de trois quarts en arrière

Grâce aux 63 exemplaires différents sur un total de 251 types différenciés par le Dr. P. Bastien, nous pouvons estimer que nous avons affaire à un échantillon représentatif du monnayage lyonnais, excepté pour la cinquième émission. Les inédits et les hybrides semblent beaucoup plus rares que pour les monnaies de la Dyarchie et de la Tétrarchie (voir Rome I, n°1 à 121). Néanmoins Probus, reste un empereur attachant, à découvrir. N'oublions pas que c'est lui qui réintroduisit la culture de la vigne en Gaule, en particulier dans les vallées du Rhin et de la Moselle.

Laurent SCHMITT

Qui sommes-nous ? | Conditions générales de vente | Livraison

Tous droits réservés - Mentions légales