Ressources

- - -

Autres rubriques iNumis


POIDS THÉORIQUE ET RÉALITÉ :

le monnayage de Néron et l'exposé de Pline


Parmi les exposés concernant le monnayage que nous livrent les auteurs antiques, celui de Pline l'ancien est sans doute le plus connu. Dans le livre XXXIII de son Histoire Naturelle, le naturaliste latin raconte l'histoire de la monnaie (1), et un passage très intéressant nous apprend :

Postea placuit XXXX signari es auri libris, paulatimque princeps inmiuere pondus, et novissime Nero ad XXXXV.
Par la suite on décida de monnayer 40 pièces par livre d'or, mais peu à peu les empereurs diminuèrent ce poids, et tout récemment Néron l'abaissa à 45 par livre.

Il est aussi connu que Néron abaissa le poids du denier du 1/84e de la livre romaine au 1/96e de ce même poids. Mais ceci n'est pas dit par Pline : ce sont des études modernes qui l'ont prouvées.

Le but du présent article est de comparer le poids théorique que nous donne Pline pour l'aureus, et le poids réel de l'aureus d'après les exemplaires conservés dans les plus grandes collections.

Pour ce faire nous avons recensé 66 aurei de Néron de la première émission post-réforme (2). En effet, il serait mal fondé de donner la moyenne de tous les aurei post-réforme de Néron, car ces derniers constituent plusieurs émissions et le poids moyen de l'aureus varie selon ces émissions.

Les aurei de Néron post-réforme de la première émission se caractérisent, pour la plupart, par la titulature de droit NERO CAESAR AVGVSTVS. A cela s'ajoute le type NERO CAESAR avec au revers AVGVSTVS GERMANICVS. Sur ce dernier type la légende de droit semble se poursuivre au revers. Les monnaies des émissions suivantes portent au droit le praenomen Imperator (3).

Le poids de 66 aurei de cette émission, tous en excellent état de conservation, donne une moyenne de 7,27 grammes. Si on laisse entrer dans cette moyenne des exemplaires en bon état, mais pas excellent, la moyenne est alors de 7,23 grammes. La plupart de ces monnaies n'ont pas subit de frai, et l'or a l'avantage d'être un métal inaltérable - on possède donc des poids assez fiables.

Ce résultat nous a parut très surprenant car il correspond exactement à ce que nous dit Pline. Le poids de la livre romaine est généralement estimé à circa 324 grammes, voire 325 (4). Une livre d'or permettant de fabriquer 45 aurei, le poids moyen de l'aureus est donc de 7,22 grammes. Ce résultat est d'autant plus surprenant qu'il est très légèrement inférieur à nos résultats.

Observons la variabilité des poids à l'aide de ce graphique, où seules les monnaies en excellent état ont été notées.

Dans le monnayage romain, on a l'habitude de parler de poids théorique et de poids normal, poids pratique en quelque sorte (5). La plupart du temps, le poids théorique est supérieur au poids réel. Mais pour cet exemple néronien, il faut bien avouer que la précision de Pline est fulgurante. Comment Pline a-t-il pu prendre connaissance exactement de ce poids ?
Avant de répondre à cette question examinons mieux le passage précédemment décrit. L'auteur de l'Histoire Naturelle dit aussi à son lecteur que les empereurs précédents baissèrent lentement le poids de l'aureus, qui était alors au standard théorique de 1/40e de la livre romaine.

Ce que nous dit Pline est confirmé par l'étude des monnaies. Même si l'appellation légale continuait à considérer l'aureus comme étant frappée au 1/40e de la livre, l'aureus tint à décliner (6). En fait, à chaque émission successive, le poids de l'aureus était légèrement baissé. Cette baisse, si infime soit-elle, est pourtant réelle et montre bien que la métallurgie romaine pouvait maîtriser les poids avec une précision très surprenante.

En fait, sous le règne de Claude et pendant la première partie du règne de Néron, l'aureus n'était certainement plus frappé au 1/40e de la livre mais plutôt au 1/42e de cette même livre. A force de réductions, il fut possible de frappée une monnaie de plus par livre. Pourtant, légalement l'aureus restait au 1/40e de la livre romaine (7). L'aureus s'était donc dévalué très progressivement et lentement, sans changement brutal.

La réforme de Néron qui doit nous intéresser particulièrement ici n'a fait qu'accélérer ce processus, apparemment profitable. Et si Pline l'ancien nous dit que l'aureus fut abaissé du 1/40e de la livre au 1/45e de ce même poids, c'est que, très probablement, il y eut une loi ou un édit qui eut le courage d'avouer cette brutale diminution.
C'est d'ailleurs sûrement parce que cette diminution fut brutale que l'autorité fut contrainte de le dire. Probablement, Pline apprit cette réforme de cette manière.

Jérôme Mairat


    1. Pline l'ancien, Histoire Naturelle, Livre XXXIII, XIII. Voir plus particulièrement l'édition traduite et commentée par H. Zehnacker, édition " Les Belles Lettres ", Paris, 1983, p. 67-68 et les notes correspondantes. La traduction du passage de Pline provient d'ailleurs de cette édition qui est, en date, la plus récente traduction.
    2. Données recensées à partir des catalogues suivants : J.-B. Giard, Catalogue des monnaies de l'Empire Romain, volume II, de Tibère à Néron, Paris, Bibliothèque Nationale, 1988 ; H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the British Museum, volume I, Augustus to Vitellius, Londres, 1923 ; R. Martini, Sylloge Nummorum Romanorum, volume I, partie 3, Nero, Milan, 1990 ; A. Roberston, Roman Imperial Coins in the Hunter Coin Cabinet, University of Glasgow, volume I, Augustus to Nerva, Oxford, 1962.
    3. Sur le monnayage de Néron, voir D. Mac Dowall, The Western Coinages of Nero, NNM 161, New-York, 1979.
    4. Voir M. H. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974, volume II, p. 590-592.
    5. Voir en particulier S. Bolin, State and Currency in the Roman Empire to 300 a.d., Uppsala, 1958.
    6. Voir S. Bolin, ibid., p. 182-184.
    7. Le poids moyen de l'aureus claudien est de 7,705 grammes. Voir H. von Kaenel, Münzprägung und Münzbildnis des Claudius, AMUGS IX, Berlin, 1986, p. 205. S'il on considère la livre romaine (du moins celle dont nous parle Pline) au poids de 324 grammes, l'aureus claudien apparaît à un chiffre proche du 1/42e de la livre romaine.

 

Qui sommes-nous ? | Conditions générales de vente | Livraison

Tous droits réservés - Mentions légales